La tyrannie technologique

Critique de la société numérique

Édition l’échappée

On retrouve Célia Izoard, traductrice de l’incroyable petit ouvrage « La machine est ton seigneur et ton maître », dans ce document qui met en avant plusieurs constats, comme par exemple :

« Les sociétés traditionnelles nous apprennent […] à l’inverse que ce qui est primordial dans le don est l’implication sociale de l’acte en question. Le potlach – au même titre que d’autres formes traditionnelles d’échange (selon lesquelles être riche consiste à donner le plus possible aux autres) – est à des milliers de lieues de l’échange vanté à l’ère numérique. Le don est porteur d’une organisation sociale et économique bien plus égalitaire que la société du virtuel, puisqu’il implique non pas la gratuité, mais la réciprocité de l’échange. La gratuité libertaire des années 1970 était prônée en tant que vectrice d’égalité, non pas comme moyen d’inhiber la solidarité au sein des rapports de production. À l’inverse, l’effet principal des formes de partage via Internet est de promouvoir l’individualisme comme fondement du partage et de privilégier la connexion à des réseaux où surfent des inconnus avec qui nous sommes reliés plutôt que liés. Croire que l’essentiel dans l’échange réside dans le quantitatif (le décompte des articles obtenus) revient à reproduire la mentalité comptable et capitaliste de notre société […] »

p. 37 : le partage

dont l’analyse est subtile et permet parfois avec une grande acuité, de se rendre compte du détournement menteur de sens opéré par l’idéologie du monde actuel de la communication. Le texte ci-dessus est à mettre en relation avec l’analyse du rapport entre les gens qu’opère l’argent pour les extraire de la nécessite un lien social présenté dans « L’ordre de l’argent Critique de l’économie » de Nino Fournier aux éditions Liber et qui envisage l’abandon de celui-ci au profit de l’échange pour recréer du lien social.

Évidemment, on ne peut qu’être amené à réfléchir à la relation numérique que ces deux mondes utilisent et à l’hypothèse que c’est peut-être celle-ci qui détermine ontologiquement leurs dysfonctionnements. Le pas n’est pas franchi. Mais il constituerait une belle introduction à des philosophies à l’opposé des mathématiques actuelles dont les Big Data sont l’emblème représentatif.

Reste que d’autres constats sont tout aussi finement posés comme :

La diffusion massive des technologies ne peut pas être dissociée de la propagation d’un mode de vie fondé sur la vitesse, la consommation, l’accumulation et la toute-puissance.

P. 44 Pour une critique de la technologie

Un livre important donc, aux multiples facettes, qui sans tomber dans un excès fait d’affirmations triviales qui condamnerait jusqu’à sa mise en page, prend le parti aujourd’hui encore peu répandu de mettre en avant que le progrès n’existe pas et que l’opposition entre techniques du passé et techniques modernes est un non-sens.

Laisser un commentaire