utopies pirates

utopies pirates

Le texte peut être “librement piraté”. En voici un extrait.

Defoe relate qu’un pirate du nom de capitaine Bellamy tint le discours suivant.
“Encore que vous soyez un freluquet servile, comme sont tous ceux qui consentent à se laisser gouverner par des lois que les riches ont faites pour leur propre sûreté ; car sinon ces poltrons n’ont pas le courage de défendre ce qu’ils acquièrent par la fourberie mais soyez tous damnés […] Ils nous traînes dans la fange, les canailles, alors qu’en vérité, ils ne diffèrent de nous que parce qu’ils volent les pauvres sous le couvert de la loi alors que nous pillons les riches sous la protection de notre seul courage. Ne feriez-vous donc pas mieux de devenir l’un des nôtres que de ramper aux ordres de ces ordures pour trouver de l’emploi ?”

Laisser une réponse