Langues

Prochain travail écrit sur tout. Revoyez d’abord ce que vous savez déjà, puis apprenez le reste.

– Deux cent mots en cinq semaines, ce n’est pas si difficile que cela … Je ne vois pas le problème.
– À 13 ans … Cela fait tout de même quarante mots par semaine !
– Mais plus de la moitié sont déjà connus.
– Alors pourquoi les répéter ?
– Parce qu’ils sont sensé être déjà connus. Parfois les élèves ne font pas bien leur travail, je ne parle pas de votre fille évidemment.
– Existe-il un moyen de répéter ce vocabulaire avec un ordinateur par exemple ?
– Pas vraiment.
– Pourtant il existe des logiciels pour cela.
– Vous vous rendez compte du temps qu’il faudrait pour mettre tout cela sur informatique.
– Justement je l’ai fait pour ma fille.
– Il aurait mieux fallu que cela soit elle qui le fasse.
– Justement elle l’a à moitié fait puisque elle a dû écrire elle-même la traduction en français.
– Ainsi elle apprend mieux …
– … le français surtout. De plus, j’ai trouvé des erreurs de report, des traductions incorrectes …
– Évidemment, si elle a mal recopié …
– … des mots qu’elle aurait pu apprendre juste, si vous les aviez fournis ou … vérifiés !
– Avec vingt élèves on ne peut tout vérifier.
– C’est la raison pour laquelle, il faudrait que les enseignants donnent les mots avec leur traduction, non ?
– Ce n’est pas le cas.
– J’avais bien compris. Et pour le barème, vous comptez comment ?
– Une faute, une demi-note de moins.
– Soit, sur un maximum de 6, une lettre fausse dans un mot et la note passe à 5,5 ?
– Exactement.
– Cinq fautes et on est insuffisant ! Sur combien de mots ?
– Cinquante.
– Quoi ? 10℅ !
– On voit que vous ne connaissez pas les élèves, sans cela, ils ne travaillent pas.
– Tout de même, non seulement je suis enseignant, mais je vous propose de vous faire faire exactement la même chose, travail écrit et barème compris avec des équations de physique. Seriez-vous prête à tenter l’expérience ?
– Non.
– Pourquoi ?
– Les élèves ont bien plus de temps libre que moi et … j’étais nulle en physique.
– On peut le faire avec des mots de programmation, dans le language que vous voulez, python, java, …
– Non, car l’informatique n’est pas un langage …
– Pourtant des linguistes s’y intéressent.
– Mais enfin, votre insistance est pénible, cessez de me harceler …
– Quelle était la moyenne de classe du dernier travail écrit de ma fille ?
– La direction vous a déjà répondu que nous ne donnions pas les moyennes. Au revoir Monsieur, je n’ai plus de temps à vous consacrer, je dois répondre aux questions des autres parents.

C’est une histoire vécue. Les moyens pour éviter une grande partie des erreurs des élèves par apprentissage de leurs propres erreurs non corrigées par des enseignants qui se disent submergés, mais ne prennent aucune mesure pour ne plus l’être, existent. Il s’agit de ne pas distribuer des connaissances parcellaires sous de faux prétextes pédagogiques, comme refuser le corrigé des exercices comme cela est encore aujourd’hui le cas dans de nombreuses disciplines. Il s’agit de ne pas exagérer le travail de révision dans le seul but de paraitre être un bon prof par des moyennes qui présentent ses classes comme les plus nulles du monde. Il s’agit de ne pas appliquer des barèmes qu’on a pas le courage de s’appliquer à soi-même.